Monsieur B., âgé de 27 ans, diplômé d’une école d’optique, travaille depuis 6 ans dans différents magasins d’optique. Comme il maitrise toute la partie gestion, il se sent capable de reprendre une entreprise. Mais comment faire ? Doit-il racheter en nom propre et donc faire un crédit à titre personnel ?

➡️  Sa situation personnelle est alors un frein aux yeux des banques car, étant célibataire, il est logé à titre gratuit chez ses parents. Toutefois, il peut apporter 26 000 €, soit 30% de l’opération.

➡️  Aloé financement lui conseille de créer une holding pour racheter les parts sociales de la cédante du magasin d’optique. La holding pourra ainsi rembourser l’emprunt tout en faisant remonter les dividendes générés par la société d’exploitation.

➡️  Monsieur B. crée donc une SASU, qui demande un prêt de 60 000 €, réparti entre 52 000 € pour racheter 100% des titres et 8 000 € pour financer de petits travaux dans la société d’exploitation. Aloé financement l’aide également à faire un prévisionnel de holding en collaboration avec un expert-comptable.

➡️  Auprès d’une banque, la BNP de Saint-Ouen, Monsieur B. a obtenu le prêt avec un différé de trois mois pour les travaux, grâce à ses atouts :

  • Côté personnel : l’absence de dettes et de famille (seul à prendre des risques)
  • Côté professionnel : diplômé avec 6 ans d’expérience de l’optique, et surtout une bonne analyse du marché local, notamment sur les partenariats possibles avec les opthalmo…
  • Côté exploitation : un bilan sain, une affaire sous-exploitée, un bon emplacement au cœur de Saint-Ouen, une bonne négociation du prix de vente (70 000 € au lieu de 92 000 €) et un prévisionnel prudent.

👍  Maintenant, Monsieur B. veut racheter les murs.

✅  Pour certaines opérations plus complexes en matière de holding, Aloé financement se fait accompagner par un avocat.

✅  Pour être accompagné dans votre financement professionnel, cliquez ICI !

LES CESSIONS DE PARTS SOCIALES
  • Une part sociale est une « part de société », c’est-à-dire un titre de propriété portant sur une partie du capital d’une société commerciale autre qu’une société par actions.
  • Les sociétés dont le capital est composé de parts sociales sont par exemple la société en nom collectif (SNC) ou la société en commandite simple (SCS), ou encore la société à responsabilité limitée (SARL).
  • Pour les autres cessions de droits sociaux type « parts de sociétés », le droit d’enregistrement est de 3 %. Le calcul des droits s’effectue en appliquant sur la valeur de chaque part sociale, un abattement égal au rapport entre la somme de 23 000 € et le nombre total de parts sociales de la société.
LES CESSIONS D'ACTIONS
  • Pour les cessions d’actions, de parts de fondateurs ou de parts de bénéficiaires de sociétés par action, autres que celles des personnes morales à prépondérance immobilière, ainsi que pour les parts ou titres de capital souscrits par les clients des établissements mutualistes ou coopératifs, le droit d’enregistrement est fixé à 0,1 %.